Plage de N’gouja – Kani-Kéli – BP 636 – 97620 – Chirongui – Mayotte

Le jardin et sa faune

Sur 18 hectares, vous découvrirez la majesté de ce luxuriant jardin en admirant bambous géants, magnifiques manguiers, orangers, citronniers et autres essences tropicales. Vous vous imprégnerez des senteurs suaves d’ylang-ylang et de frangipanier, et vous serez surtout impressionnés par les baobabs centenaires qui semblent veiller à la tranquillité des lieux.

Au gré d’une promenade sur le site, vous pourrez jouir de rencontres parfois comiques avec les makis. Levez les yeux et vous pourrez observer le vol de la roussette, très présente dans le ciel mahorais. Vous pourrez également contempler une grande variété d’oiseaux multicolores.

  • LE MAKI

De la Famille des lémuriens, le maki de Mayotte est une espèce emblématique de l’île probablement issue de spécimen venus de Madagascar à bord d’embarcations de pécheurs du Xe siècle. Madagascar abrite six sous-espèces de Lémur fauve (Lemur fulvus) dont celui de Mayotte s’est peu à peu différencié.

Le Lemur fulvus mayottensis n’existe qu’à Mayotte. Il vit en groupe composé de quatre à une dizaine d’individus. Il se nourrit de fruits, de feuilles et de fleurs. Il est actif de nuit comme de jour. Il communique par différents cris (+ de 10). Sa vie sociale est très structurée et comparable à la notre par bien des aspects. Il enterre ses morts (ou tout au moins les recouvre de terre ou de feuilles) et c’est aussi le seul primate qui possède des mains de type humain avec des empreintes digitales. LE MAKISes deux grands yeux cernés au regard doré, son museau allongé de lévrier, un pelage très doux, variant du beige au roux, sa taille (une cinquantaine de centimètres plus une queue de 60 cm), sa sociabilité en font un animal qu’il est tentant d’apprivoiser. Il pèse de deux à trois kilogrammes, sans aucune agressivité naturelle, d’où sa vulnérabilité. Il est omnivore, se nourrissant de petits lézards, d’oeufs d’oiseaux, mais sa nourriture essentielle est composée de fruits mûrs comme les bananes, les papayes, les mangues, les jaques et baies diverses et de feuilles, ce qui explique l’animosité de certains agriculteurs à son égard. Doté d’un sens extraordinaire de l’équilibre, grâce à sa longue queue, il saute d’arbre en arbre, avec des bonds prodigieux de plusieurs mètres. Il passe la majorité de son temps dans les arbres et ne descend que pour boire de l’eau ou pour chercher un morceau de fruit tombé à terre. Pendant la saison sèche, le manque de fruits le pousse à descendre dans les habitations pour chercher de la nourriture et ne craint pas de passer sur les fils électrique pour s’approcher. Avec ses mains qui ressemblent à des mains humaines, il est capable d’éplucher certains fruits comme la banane.

 

  • LA ROUSSETTE

La roussette est une sorte de chauve-souris aux dimensions extravagantes.
Sa taille de 25 à 30 cm à l’age adulte et 1m à 1,4m d’envergure pour un poids d’environ 700 grammes en fait une curiosité de l’archipel des Comores où elle est endémique sur trois îles (Anjouan, Mayotte et Mohéli).ROUSSET
C’est une grande chauve-souris mais elle est diurne, on peut donc l’observer aisément durant la journée mais son heure de prédilection est la fin de journée où elle est particulièrement active. Elle vit la plupart du temps en groupes de 5 à 50 individus.

De la famille des chiroptères, la roussette est frugivore.   Elle se nourrit essentiellement de papayes, mangues ou de goyaves et niche souvent dans les baobabs et kapokiers prenant ainsi une place importante dans la pollinisation et la dissémination des grains.

De plus, la femelle qui atteint son âge adulte à 1 à 3 ans ne donne naissance qu’à un petit à la fois. On estime aujourd’hui le nombre de spécimen entre 900 et 1200 sur l’archipel faisant des roussettes une espèce protégée comme bon nombre d’animaux de Mayotte.

La tradition locale détermine la création de la roussette au jour où un maki ayant des difficultés à attraper les fruits pour manger, alla voir une sorcière afin qu’elle l’aide à améliorer sa situation. Elle lui aurait donner des ailes pour pouvoir accéder au plus haut des arbres.

  • LE MARGOUILLAT

Nom mahorais : kassangoué

geko-2 jeko-3 geko

 

Le terme margouillat regroupe 2 espèces de gecko.Le gecko vert est un lézard de couleurs vert brillant rehaussé de tâches rouges et bleues. Ses doigts sont bleuâtres, terminés par des ventouses, et sa queue relativement trapue. C’est un anima diurne vivant sur les arbres, les plantes et les habitations où il se tient à l’affût sur les murs et charpentes, guettant les insectes. Le gecko vert est ovipare. La femelle pond 2 œufs en même temps.

On trouve également à Mayotte un gecko gris, de mœurs nocturnes.